L’Ordre des Prémontrés : depuis 9 siècles à l’Abbaye de Leffe…

Notre-Dame de Leffe est une abbaye de chanoines prémontrés. Ceux-ci vivent selon une règle de vie communautaire soumise à quelques contraintes, mais qui leur laisse néanmoins une certaine liberté. Petit bout d’histoire…

Travail manuel et confession deux fois par an, telles sont leurs principales obligations. Contrairement aux chanoines séculiers, principalement tenus à la récitation de l’Office, les chanoines réguliers, dont les Prémontrés font partie, vivent en communauté dans une Abbaye et se mêlent à la vie de la cité, à l’image des Apôtres.

Précurseur des ordres mendiants, l’Ordre des Prémontrés connaît une grande diffusion dans le nord de l’Europe avec 120 abbayes vers 1150 et près de 400 au Moyen Age. L’Europe voit donc cet ordre prendre de l’ampleur au fil des ans jusqu’à compter plusieurs dizaines de milliers de religieux dans le monde.

L’Ordre des Prémontrés est fondé par Saint Norbert en 1121. Issu d’une famille noble, menant des études en vue du sacerdoce, il partagera par la suite ses biens avec les plus pauvres. Prédicateur itinérant nommé par le Pape, Norbert arrive en France et s’arrête au lieu-dit des « Presmontré » en Picardie entre Laon et Soissons. L’Evêque de Laon lui cède le terrain pour y fonder une Abbaye.

 


L’ordre des Prémontrés est confirmé en 1126 par le pape Honorius II. Saint Norbert s’arrête à Namur, proche de Dinant, à 2 pas de la future Abbaye de Leffe. Le Comte Godefroid l’accueille et lui propose de fonder l’Abbaye de Floreffe en 1121.

En 1152, 30 ans après la naissance de l’Abbaye de Floreffe, Henri l’Aveugle Comte de Namur donne aux Prémontrés l’église Sainte-Marie de Leffe avec ses revenus et dépendances. La charte de fondation date de 1152 et sera confirmée par la Pape Adrien IV en 1155. En 1200, le prieuré est érigé en Abbaye. Les chanoines y mènent une vie uniforme, peu coûteuse, au travail incessant. Lors du XIIIe siècle, le domaine s’agrandit grâce à de nombreux dons seigneuriaux et des achats : églises, villages, bois, dîmes, champs et moulins. La fabrication de la bière, le travail au champ sont assurés par les Prémontrés.


Aujourd’hui, les choses ont bien changé. Et le mode de vie des Prémontrés aussi. Puisqu’ils partagent désormais leur temps entre la vie communautaire et le travail pastoral à l’extérieur. Certains sont curés ou aumôniers, d’autres occupent des charges diocésaines dans des établissements pénitenciers, des hôpitaux, au Secours catholique… Le tout sans jamais renier leur engagement de base…

Découvrez sur le même thème

Voir tous les articles sur le même thème