Quand Leffe se fait l'apéritif du 'Festin originel'

Le concept est beau, évident ; il épouse l’époque, celle qui a envie de chaleur et de convivialité et qui convoque à chaque instant les habits du partage. Tournant le dos aux ambiances lounge et à leurs lumières bleues et glacées, le foodie veut de l’authenticité, du sens, des racines… Articulée autour de la thématique du ‘Festin originel’, l’édition 2014 de Culinaria prend la tonalité des tableaux de maître de la Renaissance et la sensualité de ses natures mortes.

Dès l’entrée, c’est Leffe qui assure l’accueil, marquant le coup : à droite, une table de banquet encore dressée, laissant le sentiment d’avoir été abandonnée quelques instants auparavant après d’élégantes ripailles entre amis ; à gauche, le bar Leffe où l’on a d’emblée envie de se poser, et trouver la fraicheur et le caractère d’un apéritif gourmand, prélude au festin qui s’annonce ensuite.

 

 

 

 

 

 

 

Blonde, Brune ou Royale ?
On hésite entre les trois : choisir, c’est renoncer. Chacune a ses vertus. Alors, on joue le jeu, celle de l’innocence qui découvre avec des yeux candides et des papilles curieuses les jolis mariages imaginés par les maîtres des lieux. Avec sa robe dorée aux reflets lumineux, la Leffe Blonde tranche avec les murs noirs d’encre qui nimbent le salon à manger, elle est comme la flamme des bougies qui dansent, une lumière vivante pleine d’esprit. Pour l’accompagner : quelques bâtonnets d’un Emmentaler suisse dont le moelleux rencontre volontiers les notes fraîches et acides mais aussi celles de vanille et de clou de girofle qui épicent la Leffe Blonde.


 

Les conversations s’engagent, c’est l’heure du partage. Alors que les jambons secs pendent au dessus du bar Leffe, rappelant l’esprit des bodegas, des cafés de village et autres tavernes du temps où on avait le temps, on se prend l’envie de commander une Leffe Brune. La belle robe cuir acajou de cette authentique bière d’abbaye fait écho à la chair tendre et souple d’un jambon de Parme très finement tranché. Les saveurs douces et musquées de la viande séchée se fondent dans les notes délicates de café et de chocolat mâtinées d’une pointe d’amertume et d’une touche de caramel que révèle cette grande brune.

 

La magie de l’instant
Juste à côté du bar, le mouvement chromé et harmonieux de la Berkel, reine des trancheuses manuelles, qui débite de fines lamelles de prosciutto crudo fascine les invités du Festin originel. Magie de l’instant où le temps reste en suspens : en dégustant leur Leffe Royale, les convives se surprennent à méditer un moment tout en caressant le pied torsadé de leur verre en forme de calice. En connexion avec cette blonde au profil complexe, ils laissent fondre sur la langue quelques pétales de Tête de Moine, fromage tout aussi royal qui, pour révéler son caractère, exige une bière élégante, équilibre parfait entre douceur et amertume.

Parenthèse sacrée cousue de poésie et de joie, voilà, à Culinaria, un apéritif fait de jeux d’harmonie, de rencontres matérielles et spirituelles, et de dialogues vifs et profonds. Un espace temps qui laisse son empreinte au cœur et donne envie de lever son verre au festin de la vie !

Découvrez sur le même thème

Voir tous les articles sur le même thème